Entrez vos termes de recherche ci-dessus et appuyez sur Entrée pour démarrer la recherche. Echap pour annuler.

écriture

Tagué

Henry Miller est l’un de ces écrivains ne se prenant pas pour un écrivain, et, de ce fait, en est profondément un. Cendrars ou Céline, que Miller cite parmi ses lectures favorites, sont dans le même club. Dans le numéro 57 de la facétieuse revue littéraire Décapage, Miller répond (avec de vraies citations) à une interview (imaginaire).

« Jusqu’à ce jour, j’ai toujours ignoré comment on écrit un livre. Cela reste pour moi du domaine du miracle. j’en sais moins maintenant, en d’autres termes, qu’à mes débuts« . Il poursuit en précisant : «  Je sais seulement ceci – si cela peut avoir un sens – c’est qu’un livre est comme une vie, est le résultat de ce que l’on est chaque jour, y compris les mauvais jours, et les jours de paresse, et les jours stériles ».

« Etre, c’est ce qui importe », conclue-t-il. La version de Jack London disait : « La fonction de l’homme est de vivre non d’exister ».

Quant à sa vie quotidienne, Miller la résume ainsi : « Chaque soir, j’installe ma guillotine et je me fais couper la tête. Et le lendemain, une nouvelle tête me repousse – fuit, comme ça ! Je vis parmi mes idées, pas avec elle ni en elles. Je mange bien et je bois peu« . Et cinq fruits et légumes par jour.

 

0

Claude Levi-Strauss est un auteur plus radical qu’on veut bien le dire. Embaumé par la pensée officielle, l’anthropologue a pourtant signé des lignes controversées (et j’utilise cet adjectif miné dans son sens premier, que je veux positif : qui incite à la controverse, qui suscite les débats) notamment sur l’Islam (à la fin de Tristes Tropiques). Cette prise de position à contre-pied sur l’écriture, dans le même ouvrage, me plaît : « Il faut admettre que la fonction primaire de la communication écrite est de faciliter l’asservissement. L’emploi de l’écriture à des fins désintéressées, en vue de tirer des satisfactions intellectuelles et esthétiques, est un résultat secondaire. (…) La lutte contre l’analphabétisme se confond ainsi avec le renforcement du contrôle des citoyens par le Pouvoir : car il faut que tous sachent lire pour que ce dernier puisse dire : nul n’est censé ignorer la loi ».

0