City on fire en direct liv(r)e #2

City on fire en direct liv(r)e #2


#2 la littérature est un sport de combat

Je commence à croire que les critiques du Masque et la Plume font preuve de mauvaise foi (ça on le savait pour Jean-Louis Ezine), voire de pédantisme (ça c’est Arnaud Viviant), pour cet ouvrage qui a eu, probablement, l’inconvénient de trop faire parler de lui. Dites-moi que je me trompe… En entrant plus avant dans l’histoire, leurs critiques désinvoltes et moqueuses s’effacent et s’oublient. C’est ici que l’intrigue s’étoffe (ou, encore mieux en anglais : « the plot thickens »). <attention : spoilers>

On rencontre au 3ème chapitre Keith, le mari de Regan (la soeur de William, cf le premier épisode), en train de se séparer de sa femme. Keith est un peu perdu à Noël, rentrant chez lui avec son sac plastique de victuailles de célibataire, le « sac de courses trempé menaçait de se déchirer », tout comme lui d’ailleurs, accroché pitoyablement à son amante, Samantha, et rincé par l’adultère.  Cette phrase décrit assez bien l’homme trompeur (pour le différencier de la femme trompée, vous aurez compris) : « Depuis qu’elle avait pris Will et Cate (leurs enfants, ndla) et déménagé à Brooklyn, il avait le sentiment d’être puni, lui ». Le narrateur omniscient dit aussi cela de ce père divorçant si familier : « Il ne pensait qu’à lui, qu’à la façon d’aller là où il voulait aller. Et il savait qu’il serait en retard » : cette phrase est un bon résumé des personnages de ce livre jusqu’à maintenant, ils sont en retard. D’un amour, d’une guerre, d’une génération, d’une vie… 

William, lui, est en dérive dans Penn Station. On apprend qu’il est l’un des créateur du groupe de rock Ex Post Facto, celui que Charlie est allé voir avec Sam (qui se révèlera être la Samantha de Keith, le mari de la soeur de William). C’est bon jusque là?

Les liens se tissent, les histoires prennent une épaisseur palpable… même si brossée aussi rapidement que cela, l’histoire prend des allures de résumé de Plus Belle La Vie. Tiens, le dernier épisode par exemple : « Alors qu’Abdel manque d’argent pour payer le loyer du cabinet, Gary le relance jusque dans son bureau pour le débaucher. Au restau, il lui propose d’être l’avocat de sa reconversion et de son honnêteté. Barbara le met en garde contre ce client louche, mais Abdel lui répond sèchement. Greg met la pression sur Boher pour qu’il se serve d’Abdel, tandis que Patrick lui met la pression sur cette mission. Abdel choisit de rejoindre Gary dans son club de jeu, où il l’assure que tout est clean. Gary le laisse seul avec Vanessa. Abdel et Vanessa jouent au black jack avec et gagnent. Un trouble amoureux s’insinue entre eux… »

Donc. Mercer écrit et William peint. Quel beau couple progressiste. N’empêche que Mercer se morfond chez lui, sans son « petit ami ». Leur relation est compliquée : « Mercer recommençait à croire que, à condition de s’y prendre comme il fallait, William finirait peut-être par dépendre de lui ». J’accélère. William veut aller voir le concert du nouveau groupe reformé sans lui et Mercer refuse. A la place, Mercer va se rendre à la soirée de Noël de la famille Hamilton-Sweeney, organisée par la nouvelle femme du père de William, l’occulte Felicia accompagnée de son sombre frère Amory. « Dans un tourbillon de neige, le sommet de l’Empire State Building flottait dans une lumière arachnéenne et Mercer sentit quelque chose d’autre flotter en lui – ses espoirs, peut-être. Cette année d’existence passive touchait à sa fin. Ce soir, il prenait les commandes et il en ressortirait quelque chose de grand. Il le fallait. Oui, cette année, l’Année de Mercer, tout serait différent ».

Il se pointe à la soirée et comme il est noir, on le prend pour un serveur. La soeur de William, Regan, est là, mal à l’aise car elle déteste Felicia et encore plus Amory qui a mis les mains dans le business de son père. Elle voudrait être ailleurs, « faire la fête à sa façon, le genre de fête où on pouvait pleurer si on en avait envie ». La discussion avec Felicia et avec Amory est tendue, alors Regan est soulagée de trouver Mercer pour discuter. En essayant d’ouvrir une bouteille de vin, dans la cuisine où ils se sont réfugiés, elle se coupe le doigt.

City on fire

C’est à ce moment-là que je repose le livre, vais dans la cuisine moi aussi, et par une mystérieuse injonction de la réalité du livre reliée à ma propre réalité, je me coupe le doigt également. Le tranchant de la lame du couteau (un opinel) entaille légèrement mon majeur. La littérature est un sport de combat.

Ne plaisantons pas parce que juste après, il y a un (ou deux) coups de feu tirés dans le parc au pied de l’immeuble où se déroule la fête (la mystérieuse connection entre la réalité du livre et la mienne ne va pas jusqu’à transposer cela, heureusement). On comprend que la (les) balle(s) touchent Samantha (Sam) qui avait déserté Charlie pour retrouver son amant bien plus vieux, le père de Regan et William. Mercer, en train d’attendre le bus à ce moment-là, découvre le corps et appelle les flics. Il se retrouve interrogé par un sympathique et flegmatique policier (le commissaire Pulaski, que l’on retrouvera plus tard, je vous l’annonce). Au passage, j’apprends un nouveau mot « prosencéphale », qui est une partie du cerveau. Charlie cherche Sam et arrive dans le parc peu après les coups de feu.

On voit que les fils se tendent et se nouent sur Times Square : « L’espace d’une seconde la ville semble se pencher en avant et toucher du doigt son avenir : en ruine, dépeuplé, et presque inanimé ». « 400 pages trop long », disait l’article du New-Yorker dès ses premières lignes…

 Chacun rentre chez soi, Regan, William, Mercer, Charlie, et cette première partie se termine par une profondeur religieuse inattendue : Charlie entend des voix.

L’interlude qui suit est une lettre écrite par le père de William en 1962 – une phrase m’a particulièrement touchée dans cette confession paternelle manuscrite, le genre de phrase qui porte loin et s’étend jusqu’à nous toucher : « ton père est un homme, mon fils, comme toi : telle est la chose impossible que je te demande d’imaginer » – … et c’est ainsi que commence le livre 2, alors que mon exemplaire commence à subir la lecture.

City on fire

Et pendant ce temps-là, dans Plus belle la vie : « Coralie est décidée à revenir au lycée et à tenir tête à Mathieu. Même si Mathieu nie les accusations de Blanche avec une certaine perversité, il débarque en plein cours pour menacer Coralie de salir sa réputation si elle parle. A bout de nerf, Coralie explose et reporte son agressivité sur ses élèves. Blanche la calme et lui conseille de porter plainte pour faire face. Mirta n’a plus le coeur d’aider les pauvres. Luna prend conscience que sa mère va vraiment mal et a coupé avec Dieu. Roland se demande ce qu’il peut faire pour l’aider. Roland lui propose de l’épouser mais à l’église cette fois. Cette déclaration d’amour ouvre le coeur de Mirta à Dieu… à qui elle laisse une seconde chance. »

Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le votre